Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > 2019 - Année internationale du tableau périodique des éléments > Tous les éléments présentés

Uranium

Bien que tous ses isotopes soient instables, l’uranium est le dernier élément du tableau périodique qu’on trouve à l’état naturel. Ceci est dû au fait que ses trois isotopes naturels possèdent des demi-vies extrêmement élevées (de millions à milliards d’années). Son abondance est supérieure à celle de l’argent. Bien que sa radioactivité à l’état naturelle soit faible, elle est une des principales sources de chaleur qui maintient la température élevée du manteau terrestre.

Étymologie  : en référence à la planète Uranus découverte huit ans plus tôt

Origine : L’uranium est un élément produit par capture de neutrons rapides, comme par exemple lors de la fusion d’étoiles à neutrons, où les neutrons rapides dans les coeurs très denses des étoiles sont capturés et grossissent les noyaux des éléments du pic du fer.

Historique  : Le dioxyde d’uranium (pechblende) a été mis en évidence en 1789 par le chimiste allemand Martin Heinrich Klaproth dans une mine d’argent de Bohême.

Martin Heinrich Klaproth - Crédit photo : Wikipedia

L’uranium dans la vie courante  : les réacteurs nucléaires naturels d’Oklo
En 1972, des scientifiques français ont mis en évidence l’existence de réacteurs nucléaires naturels datant d’environ 2 milliards d’années à Oklo au Gabon. Des analyses de routine sur un échantillon provenant de la mine d’uranium d’Oklo mirent en évidence un déficit anormal en isotope 235 : alors que la proportion naturelle de cet isotope est de 0,72%, des valeurs jusqu’à 0,44% furent obtenues. La découverte de traces des produits de fission de l’uranium confirma l’existence de ces réacteurs nucléaires naturels. En effet, du néodyme et de ruthénium de composition isotopique différente de la composition isotopique naturelle et proche de celle des produits de fission de l’uranium furent trouvés sur le site. On estime qu’environ 500 tonnes d’uranium se seraient désintégrées sur plusieurs centaines de milliers d’années, générant environ 100 millions de MWh, ce qui correspond à l’énergie consommée par environ 7 millions de foyers français pendant un an. Les réacteurs nucléaires d’Oklo sont les seuls réacteurs nucléaires naturels connus à ce jour, mais il pourrait en exister d‘autres.

Vue de l’une des zones des réacteurs naturels d’Oklo au Gabon - Crédit photo : CEA/Hosatte

L’uranium à l’Institut UTINAM :
Il n’y a pas de recherche sur l’uranium à l’institut UTINAM.