Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > 2019 - Année internationale du tableau périodique des éléments > Archives des éléments présentés

Titane

Le titane est un métal de transition léger, de couleur gris foncé. Il ne se ternit pratiquement pas. Du fait de sa dureté et de sa résistance aux acides, on l’utilise dans de nombreux alliages. On trouve cet élément dans de nombreux minerais avec principalement le rutile et l’anatase

Étymologie  : vient de Titans, fils de la Terre et du Ciel dans la mythologie grecque.

Origine  : Le titane de l’Univers est formé en partie lors de l’explosion en supernova (type II) des étoiles massives (plus de 8 fois la masse du Soleil). L’autre partie (environ 65%) est formé lors d’explosions de supernova de type Ia, c’est à dire l’explosion d’une naine blanche dans un système binaire, rendue instable par l’accrétion de matière provenant d’un compagnon au stade géante rouge.

Historique  : Le titane a été découvert par le révérend et minéralogiste William Gregor en 1791. Il isola ce qu’il nomma du sable noir, connu aujourd’hui sous le nom d’ilménite (espèce minérale formée d’oxyde de fer et de titane). Il a fallu attendre plus d’un siècle pour que Matthew Albert Hunter, soit capable, de produire du titane pur à 99 %.

Barre de titane - Crédit : Wikipédia / Alchemist-hp

Le titane dans la vie courante  :
Son emploi s’est développé dans en raison de son caractère biocompatible, tant biologique que mécanique. En effet, l’os adhère spontanément au titane ce qui en fait un matériau privilégié pour la réalisation de prothèses. Aujourd’hui, la fabrication additive amène de nouveau mode de préparation pour les prothèses médicales en permettant de réaliser des implants sur-mesure.

Prothèse en titane - Crédit : MetalBlog

Le titane à l’Institut UTINAM  : L’anodisation colorée du titane
L’anodisation est un procédé électrolytique qui permet de former une couche barrière très fine (de 1 à quelques dizaines de nanomètres) d’oxyde de titane en surface d’une pièce en titane. Le film d’oxyde obtenu est coloré (couleur interférométrique). L’épaisseur du film anodique dépend de la tension appliquée et, comme la couleur est fonction de l’épaisseur du film, cette couleur peut être contrôlée par le voltage d’anodisation.

Anodisation colorée du titane - Crédit : Institut UTINAM