Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > 2019 - Année internationale du tableau périodique des éléments > Archives des éléments présentés

Strontium

Le strontium est un alcalino-terreux. Il est mou, malléable, gris-jaune. Au contact de l’air il forme un film d’oxyde protecteur (passivation). Il s’enflamme et brûle facilement dans l’air et réagit avec l’eau. Le strontium est un élément chimique que l’on peut trouver dans des minéraux tels que la célestine, de formule SrSO4, et la strontianite, de formule SrCO3. Il est faiblement présent dans la croûte terrestre (0,034%). On peut néanmoins trouver des composés solubles de cet élément chimique dans l’eau de mer ou même dans des eaux de sources. Le strontium radioactif a contaminé la biosphère à la suite des essais nucléaires dans l’air et à la suite de la catastrophe de Tchernobyl puis de Fukushima. Ce strontium polluant est alors retrouvé dans le réseau trophique à cause des champignons qui captent fortement la radioactivité.

Morceau de strontium, métal gris-jaune - Crédits : Wikipédia / Alchemist-hp FRA

Étymologie  : Le mot « strontium » est un mot anglais dérivant de « Strontian », un village d’Ecosse.

Origine  : Le strontium est produit par capture de neutrons, en partie dans le coeur des étoiles massives et lors de l’explosion en supernova en fin de vie de ces étoiles, et pour une part lors de la fin de vie des étoiles de plus faible masse, quand elles deviennent instables (elles pulsent) et juste avant de former une nébuleuse planétaire, en éjectant leur enveloppe.

Historique  : En 1790, les chimistes écossais Adair Crawford et William Cruickshank annoncent qu’ils ont découvert un nouvel élément en analysant un minéral provenant des mines de plomb « Strontian » : l’oxyde de strontium appelé « strontianite » de formule SrCO3. Cette découverte est confirmée par les analyses du chimiste écossais Thomas Charles Hope qui avait d’abord suggéré de baptiser ce nouvel élément « Strontia ». En 1808, le chimiste britannique Humphry Davy parvient à isoler cet élément par électrolyse et propose de le nommer « strontium ».

Le strontium dans la vie courante :
Le strontium, lorsqu’il est présent sous forme de chlorate ou de nitrate, peut être utilisé comme colorant rouge dans les feux d’artifice. On peut également l’utiliser pour doper des catalyseurs expérimentaux dans les pots catalytiques de voitures.

Le nitrate de strontium produit une couleur rouge dans les spectacles pyrotechniques.

Feu d’artifice dans la baie de Sydney lors du nouvel an 2006/2007 - Crédit photo : NYE 2006 Sydney, Rob Chandler, wikipedia

Les peintures à base d’aluminate de strontium SrAl2O4 sont phosphorescentes et ont remplacé les peintures radioactives à base de radium pour la fabrication des cadrans et des aiguilles de montres.

Cadran et aiguilles de montres phosphorescents - Crédits photo : Francis Flinch, wikipedia

Le strontium à l’Institut UTINAM  : Il n’y a pas d’application pour le strontium à l’institut UTINAM