Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Recherche > Soutenances de Thèses et d’HDRs

Soutenance de thèse Iheb Bouzid

Iheb Bouzid soutiendra sa thèse le 25 janvier 2019
à 13h30, amphi B à l’UFR ST.

Titre  : Développement et évaluation d’une méthode à base de mousse pour l’oxydation améliorée de sols insaturés contaminés par des hydrocarbures

Mots clés  : Sites et sols pollués, Traitement in situ, Hydrocarbures, HAP, oxydation chimique, Mousse

Résumé  : La pollution des sols et des eaux par les contaminants organiques persistants est une préoccupation mondiale, compte tenu des risques sanitaires et environnementaux. La réhabilitation des sites et sols pollués par ces contaminants toxiques et récalcitrants représente donc un enjeu majeur. Beaucoup d’hydrocarbures lourds, comme les goudrons, sont généralement fortement adsorbés sur les sols, qui deviennent alors hydrophobes, limitant l’accès des fluides aqueux lors de traitements in situ. L’oxydation chimique in situ combinée avec l’emploi de surfactant (S-ISCO) est une technique efficace qui peut surmonter ce problème. Cependant, l’S-ISCO est limitée par la brièveté du contact entre solutions oxydantes et contaminants peu disponibles, surtout en zone insaturée perméable, à cause des effets gravitaires. Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet ANR MOUSTIC. Il vise à développer une méthode d’injection de réactifs de dégradation, compatible avec la présence de surfactant et la dégradation sélective des polluants, s’affranchissant des effets gravitaires, et des contrastes de perméabilité et de mouillabilité du milieu. Une étude préliminaire a été réalisée en solutions contaminées par des HAP, pour étudier l’effet de surfactant et de la température sur la sélectivité de l’oxydation par le persulfate des polluants ciblés. Ensuite, nous avons développé une méthode à base de mousse, qui permet de distribuer le persulfate de manière isotrope et rémanente en milieu anisotrope insaturé et contaminé par un goudron sidérurgique, tout en préservant la sélectivité de l’oxydation des hydrocarbures. Cette méthode a été étudiée en cellule 2D dans des milieux modèles contaminés, constitués de billes de verres, puis de sables réels. La distribution d’oxydant a été systématiquement comparée avec les méthodes de référence. Enfin, l’intérêt de cette nouvelle méthode a été vérifiée en colonne dans des conditions pénalisantes, et comparée aux méthodes classiques.

Agenda

événement important

  • Vendredi 25 janvier 13:30-16:30 -

    Soutenance de thèse Iheb Bouzid

Ajouter un événement iCal