Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > 2014

Sophie Legeai

Les liquides ioniques : de nouvelles perspectives pour l’électrodéposition

jeudi 6 février 2014, 14h00 ; le séminaire fera suite au séminaire de Bahoueddine Tangour

salle I18N, bâtiment N, Propédeutique, UFR-Sciences

Sophie Legeai, Institut Jean Lamour - Equipe Chimie et Electrochimie des Matériaux
Université de Lorraine

Résumé :

Les liquides ioniques sont des sels fondus dont le point de fusion est généralement inférieur à la température ambiante. Constitués uniquement d’ions, leur structure et donc leurs propriétés physico-chimiques sont totalement différentes de celles des solvants moléculaires. Ils sont caractérisés par une faible tension de vapeur, permettant un recyclage facile et limitant les émissions de composés organiques volatils, ce qui leur a valu la dénomination de « solvants verts ». La modularité de leur structure ouvre de larges perspectives pour la communauté chimiste, tant en électrochimie qu’en chimie séparative ou encore en synthèse organique.
Dans le cadre de la synthèse de matériaux semi-conducteurs par électrochimie, les liquides ioniques permettent d’envisager la synthèse de composés à propriétés de transport améliorées. La grande stabilité électrochimique des liquides ioniques permet de déposer à température modérée des éléments inaccessibles dans les solvants classiques (terres rares, alcalins…). Par ailleurs, il a été montré récemment que l’électrodéposition en milieu liquide ionique peut conduire à la synthèse de films nanostructurés, de nanofils ou encore de nanotubes. Enfin, la bonne stabilité thermique de ces solvants (200-300°C) permet d’obtenir des matériaux de haute cristallinité. Ainsi, notre équipe, pionnière dans la synthèse électrochimique de films thermoélectriques en milieu aqueux, explore depuis quelques années la potentialité de ces solvants pour cette application, soit par dopage électrochimique par des éléments comme les terres rares soit par nanostructuration.

La large fenêtre électrochimique des liquides ioniques permet également d’envisager l’utilisation de ces électrolytes pour le traitement et la valorisation de déchets contenant certains métaux stratégiques difficiles à traiter en milieu aqueux (indium, terres rares, tantale, platinoïdes...). En amont de l’étape d’électrolyse, les possibilités de modulation quasi infinie de la structure du cation et de l’association cation/anion permettent de synthétiser des liquides ioniques à tâche spécifique pour l’extraction sélective des métaux visés. La lixiviation par le liquide ionique lui-même peut également être envisagée en vue du développement de procédés de traitement « 100% liquide ionique » pour la récupération de métaux rares et précieux.

PDF - 459.8 ko
version PDF