Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > 2019 - Année internationale du tableau périodique des éléments > Tous les éléments présentés

Radon

Le radon est un gaz radioactif, très dense, incolore, inodore qui est chimiquement inerte et non inflammable mais qui est hautement radiotoxique et cancérogène par inhalation. C’est un gaz rare et il ne réagit donc pas avec les autres composés. Il est formé à partir de la désintégration du radium dans la croûte terrestre.

La désintégration du radium contenu dans le sol fournit le gaz lourd de radon.
Crédit photo : Institut UTINAM

Le radon est présent partout : dans l’air, le sol, l’eau. Le risque pour la santé résulte toutefois pour l’essentiel de sa présence dans l’air. Elle se mesure en Bq/m³ (becquerel par mètre cube). Dans l’air extérieur, le radon se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste généralement faible : le plus souvent inférieure à une dizaine de Bq/m³. Toutefois, dans les lieux confinés tels que les grottes, les mines souterraines mais aussi les bâtiments en général, et les habitations en particulier, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations élevées atteignant parfois plusieurs milliers de Bq/m³.
La concentration en radon dans l’air est variable d’un lieu à l’autre. Les sols granitiques, plus riches en uranium, libèrent davantage de radon que les sols sédimentaires. Des campagnes de mesures mises en œuvre par l’IRSN et la Direction Générale de la Santé (DGS) depuis les années 80 ont permis de dresser une cartographie des concentrations moyennes en radon dans les habitations.

Moyenne par département des concentrations en radon dans l’air des habitations (en Bq/m³)
Source : www.irsn.fr

Origine : Le radon est un élément produit par capture de neutrons rapides, comme par exemple lors de la fusion d’étoiles à neutrons, où les neutrons rapides dans les coeurs très denses des étoiles sont capturés et grossissent les noyaux des éléments du pic du fer.

Étymologie  : il fut d’abord nommé émanation de radium puis il fut appelé niton, du mot latin « nitens » signifiant briller.

Historique  : Le radon est découvert en 1900 par le scientifique Friedrich Ernst Dorn. Il appelle ce troisième élément radioactif « émanation de radium » de symbole RaEm. Dorn parvient à cette découverte grâce à ses expériences qui démontrent que le radium est capable d’émettre un gaz radioactif.
Quelques années plus tard, en 1910, William Ramsay et Robert Whytlaw-Gray isolent le radon en déterminant qu’il est le gaz le plus dense parmi ceux connus à l’époque et décident de l’appeler niton en rappel à la propriété de ce gaz capable de rendre phosphorescentes certaines substances.


Le radon dans la vie courante
 : Le radon est principalement utilisé dans le traitement de tumeurs cancéreuses mais il est également utilisé en tant que traceurs radioactif des masses d’air dites continentales. En effet, il semblerait que certaines anomalies de radon soient constatées lors de séismes ou d’éruptions volcaniques.


Le radon à l’Institut UTINAM
 : Il n’y a pas d’applications pour le radon à l’Institut UTINAM.