Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > 2012

Adeline Gicquel

Propriétés de la glace d’eau, du gaz et de la poussière dans les comètes : résultats de Deep Impact et Implications pour Rosetta

par Edith Burgey -

Le mercredi 19 décembre 2012 à 14h00 dans la salle de conférences de l’observatoire

Par Adeline Gicquel, de l’Observatoire de Paris

Résumé :

Les comètes sont des petits corps glacés primitifs, témoins de la formation du Système Solaire. Lorsque les comètes passent à proximité́ du Soleil, leur température augmente ce qui est la source de processus de sublimation et de dégazage importants. Leur noyau s’entoure alors d’une atmosphère appelée coma composée de gaz, de poussières entrainées par le gaz et des produits de sublimation des glaces. Ces éléments issus du noyau sont à priori très primitifs et nous renseignent sur les processus de formation des comètes et du système solaire en général.

En 1998, la NASA a choisi la comète 9P/Tempel 1 comme cible de la mission Deep Impact. C’est l’unique mission spatiale, à ce jour, à avoir sondé l’intérieur d’un noyau cométaire en impactant sa surface. Cet impact s’est produit le 4 juillet 2005.

Au cours de ce séminaire, je vais vous présenter mes travaux récents sur l’étude des éjectas associés à cet événement. Je montrerai les conclusions auxquelles j’ai abouti concernant l’activité́ de la comète 9P/Tempel 1 ainsi que les propriétés de sa coma (de gaz et de poussière) avant et après la collision. Cette étude m’a également permis de déterminer le rapport poussière/glace dans les couches profondes du noyau (qui est un paramètre essentiel pour mieux comprendre la structure interne des comètes).

En 2004, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a lancé la mission Rosetta qui va se placer en orbite autour de la comète 67P/Churyumov‐Gerasimenko. En 2014, la sonde Rosetta larguera un atterrisseur à la surface de la comète 67P/C‐G puis continuera à suivre l’évolution du noyau et de la comète jusqu’à fin 2015. L’étude des orbites et des séquences d’observations est en cours et je vous présenterai mes travaux sur la sublimation des grains glacés et la détectabilité́ de la poussière avec les instruments MIRO, VIRTIS et OSIRIS embarqués sur Rosetta. Les spectres synthétiques simulés de
la comète 67P/C‐G, pour des distances héliocentrique de 3.5 UA à 1.3 UA et pour différentes configurations géométriques, sont primordiaux pour estimer la détection de la poussière.

PDF - 1.9 Mo
Présentation séminaire Adeline Gicquel