Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > Archive des séminaires d’astrophysique (jusqu’en 2011) > 2010

Planétologie dynamique des astéroïdes — De l’astrométrie des astéroïdes pour en déduire leurs propriétés physiques

par Edith Burgey -

Vendredi 26 février 2010

Daniel Hestroffer

Observatoire de Paris

Résumé :

Les astéroïdes nous fournissent, avec les météorites, des traces archéologiques de la formation du système solaire parmi les plus accessibles. Grâce aux progrès récents des techniques d’observation et aux grands sondages, le nombre des astéroïdes répertoriés a pu croitre de manière exponentielle. En outre, l’accessibilité de la haute résolution angulaire et en particulier de l’optique adaptative a permis de mettre en évidence des satellites d’astéroïdes et ce parmi les diverses populations ou zones de petits corps du système solaire (géocroiseurs, bande principale, Troyens, Centaures et trans-neptunien). Cependant, certaines propriétés physiques fondamentales comme leur masse ou leur structure interne restent encore mal connues.

Nous nous intéresserons à deux techniques permettant de déduire de manière directe les masses d’astéroïdes, toutes deux basées sur des mesures astrométriques. La première et la plus ancienne repose sur les mesures de perturbation gravitationnelle lors d’une rencontre proche ; la seconde, mise en œuvre plus récemment, repose sur la mesure des positions relatives d’un système binaire (astéroïde et satellite). Après une brève présentation de la mission spatiale Gaia (cornerstone ESA), je présenterai les résultats attendus pour la détermination de masse d’astéroïdes. Dans un second temps je montrerai les résultats obtenus à partir d’observation sol sur l’étude des satellites d’astéroïdes et développerai plus particulièrement l’étude des trans-neptuniens binaires. Enfin, l’astrométrie de haute précision des astéroïdes permet de détecter des effets dynamiques petits. Je montrerai les résultats que l’on peut attendre de la mission spatiale Gaia pour des tests locaux de la relativité générale et autres effets globaux.