Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > 2019

Nathalie Ysard

La poussière interstellaire : propriétés et évolution

mardi 4 juin 2019, 10h30

salle de conférences de l’observatoire
Attention : séminaire annulé !

Nathalie YSARD

Institut d’Astrophysique Spatiale, Orsay

Mots-clés :
astrophysique, milieu interstellaire

Résumé :

La plupart des milieux astrophysiques contiennent de la "poussière interstellaire", c’est-à-dire des petits grains solides faits de matière carbonée ou de silicates et ayant des tailles subnanométriques à microniques. On trouve en effet des grains dans les disques protoplanétaires, les cœurs denses pré-stellaires, le milieu interstellaire diffus et même dans le milieu intergalactique. Même si ces grains ne représentent qu’une infime fraction de la masse des milieux dans lesquels ils se trouvent, leur influence y est très importante. Ils dominent ainsi le transfert du rayonnement à l’échelle des galaxies par absorption, diffusion et ré-émission des photons UV/visibles stellaires. Ils ont également une grande influence sur la complexité chimique des milieux dans lesquels ils se trouvent : en effet, la formation de molécules complexes mais aussi de molécules très communes comme le dihydrogène a lieu à la surface des grains. Dans les disques protoplanétaires, ces grains sont les précurseurs des planètes. Comprendre les propriétés physiques et chimiques des grains est donc important à de nombreux niveaux. Au cours des dernières années, de nombreuses avancées ont été faites en terme de caractérisation des propriétés des grains du point de vue observationnel. De nombreuses preuves indiquent que leurs propriétés varient fortement en fonction de la densité et du champ de rayonnement local (taille, structure, composition chimique).
Après une introduction focalisée sur les résultats observationnels récents, je montrerai comment dans le contexte du modèle de grains THEMIS (The Heterogeneous Evolution dust Model of Interstellar Solids) la plupart des observations peuvent être interprétées par des processus d’accrétion et de coagulation et quelles sont les conséquences pour l’évolution physique, chimique et dynamique des milieux concernés.