Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > Diffusion de la culture scientifique et technique > 2011 Année Internationale de la Chimie

La recherche en chimie : une science aux interfaces

par Edith Burgey -

La Franche-Comté compte, dans le secteur public, une centaine de chimistes, répartis entre l’université de Franche-Comté et l’UTBM.

  • Traitement de surface, chimie des interfaces : Institut UTINAM (UFC/CNRS) et LERMPS (UTBM)
  • Nouveaux matériaux (Instituts UTINAM, FEMTO-ST, laboratoire Chimie-
    Physique et rayonnements A. Chambaudet)
  • Chimie pour la santé et l’environnement (laboratoire Chrono-environnement, laboratoire Chimie-Physique et rayonnements A. Chambaudet)
  • Pharmacie et pharmacognosie (UFR Sciences médicales et pharmaceutiques)


La recherche et l’industrie

Les chimistes francs-comtois collaborent avec des industriels régionaux,
nationaux et internationaux, sur des domaines appliqués dans de nombreux
secteurs notamment le traitement de surface ou l’environnement.
Quelques exemples :
Le projet IZAC vise à trouver une alternative aux revêtements anticorrosion
des pièces de fixation utilisées dans les transports et en
particulier l’automobile. Il réunit l’institut UTINAM (laboratoire CNRS)
et plusieurs partenaires industriels (Coventya, Lisi AUtomotive, Lisi
Aerospace, Safran, Renault, Psa, Galvanoplast et Zindel).
Le projet ULTRASUR concerne l’amélioration des performances des procédés
de fabrication des composants microélectroniques. Inscrit dans le
pôle de compétitivité des microtechniques de Besançon, il réunit l’institut
UTINAM, C&K Components (Dole, Jura) et IMASONIC (Voray, Doubs).
L’institut UTINAM a également collaboré avec ELEMENTIS – CONSULT
(Allemagne) pour améliorer les procédés de traitement des eaux polluées
dans les sites industriels.

La chimie pour l’environnement

Si on considère souvent que la chimie pollue, on oublie qu’elle permet
de dépolluer. De nombreuses recherches ont trait à l’environnement,
pour l’assainissement, mais aussi pour trouver des solutions technologiques
« vertes »
Les panneaux solaires actuels (à base de silicium) ont des coûts de
production élevés. A l’institut UTINAM, on imagine de nouvelles molécules
plus efficaces et moins couteuses, qui pourraient être utilisées
comme photosensibilisateurs pour les cellules photovoltaïques.
Au laboratoire Chrono-environnement, on étudie le traitement des
eaux usées, urbaines et industrielles, par l’utilisation de produits biodégradables
(amidon par ex.).
L’équipe « capteurs » du Laboratoire Chimie-Physique et Rayonnements
– Alain Chambaudet développe des dispositifs miniaturisés
permettant la détection et la mesure des polluants atmosphériques.

La chimie pour la santé

Toutes les réactions qui font fonctionner le corps humain sont chimiques.
Des recherches s’attachent à rendre plus efficaces les traitements des
cancers par radiothérapie, en concentrant l’action des rayons sur les
cellules tumorales. Pour cela, le laboratoire UTINAM synthétise des
nanoparticules qui se concentrent dans les cellules tumorales, s’activent
sous l’effet des rayons et les détruisent.
Le laboratoire de chimie-physique et rayonnements A. Chambaudet
étudie ces réactions de façon expérimentale et théorique pour une
meilleure compréhension du corps humain et de ses maladies.

La chimie pour l’avenir

Les chimistes de l’institut FEMTO-ST travaillent à remplacer les puces électroniques
par des systèmes plus petits, pour créer des ordinateurs moléculaires
plus performants