Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > Archive des séminaires d’astrophysique (jusqu’en 2011) > 2007

Investigation de la dynamique des astéroïdes avec la mission Gaia. Orbites, masses et physique fondamentale

par Edith Burgey -

Jeudi 6 décembre 2007

Serge Mouret

Institut de Mécanique Céleste et Calcul des Éphémérides

Résumé :

La mission de l’agence spatiale européenne Gaia, dont le lancement est prévu en 2011, observera 350 000 astéroïdes avec une précision inégalée (au niveau du milli-arseconde). Le but de la thèse est l’investigation de la science que les données très précises de Gaia permettront de traiter et l’élaboration des méthodes de réduction notamment pour la détermination de masses des astéroïdes. Dans le premier chapitre, nous présentons la mission Gaia et une synthèse de la détermination de masses des astéroïdes jusqu’à nos jours. La seconde partie décrit la sélection des passages proches entre les astéroïdes massifs (perturbateurs) et les plus petits (cible) afin d’analyser les perturbations orbitales résultantes, qui permettront d’estimer la masse des perturbateurs à partir d’un traitement global, détaillé dans le chapitre 3. Le nombre de masses attendues et la précision de leur mesure sont donnés à partir de données simulées réalistes. De plus, la précision sur les éléments osculateurs des astéroïdes cibles est présentée. Les chapitres 4 et 5 abordent des questions de physique fondamentale, avec la détermination de l’aplatissement dynamique du soleil J2, des paramètres relativistes beta, gamma et celui de Nordtvedt eta, la variation de la constante de gravitation, et aussi de paramètres physiques de certains astéroïdes à partir de leur sensibilité à l’effet Yarkovsky. Les deux derniers chapitres illustrent la contribution de Gaia avec les masses d’astéroïdes dans différents domaines de l’astronomie : une étude a été menée sur les astéroïdes les plus perturbateurs de Mars et sur l’amélioration de la loi hypothétique entre densité et classe taxonomique.