Supervisory authorities

CNRS

Nom tutelle 1

Our partners

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Search



Nom tutelle 2 Nom tutelle 3


Home > Headlines

Gaia dévoile son troisième catalogue de données le lundi 13 juin 2022

by Edith Burgey -

C’est la première publication du catalogue complet de la mission et la communauté astronomique mondiale peut immédiatement accéder à ces données uniques, rendues publiques par l’Agence Spatiale Européenne, l’ESA.
Trois chercheur.e.s et deux ingénieur.e.s de l’Institut UTINAM à Besançon sont impliqués dans ce projet.

Une mission scientifique ambitieuse
Gaia est une mission majeure de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) qui a été lancée en 2013 afin de cartographier le ciel et d’observer à la fois l’Univers très proche (Système solaire) et très lointain (galaxies les plus distantes). Plus précisément, Gaia cartographie en 3D notre Galaxie, la Voie Lactée, et dévoile sa composition, sa formation et son évolution. Gaia fournit ainsi avec une précision sans précédent la position dans la Galaxie de près de 1,8 milliard d’étoiles, soit environ 1 % de toutes les étoiles de la Voie Lactée. Grâce aux différents instruments à bord, la cinématique d’un très grand nombre de ces étoiles est également déterminée ainsi que leurs propriétés physiques comme leur température de surface et leur composition chimique. Les objectifs de cette mission sont donc multiples et impactent quasiment toutes les branches de l’astrophysique.

Objectif principal : cartographier un milliard d’étoiles
Gaia a pour objectif principal de cartographier une grande partie de notre Galaxie, en localisant et caractérisant un milliard d’étoiles et quelques millions d’autres astres.
Pour atteindre ce but « astronomique », Gaia doit localiser les étoiles avec une précision extrême. De 300 microsecondes d’arc pour les étoiles les moins brillantes à 7 microsecondes d’arc pour les plus brillantes . La précision des mesures, inégalée à ce jour, offre une vision tridimensionnelle de notre Galaxie, et consolidera les théories de formation des galaxies, en particulier les mécanismes d’accrétion de galaxies naines.

Un consortium responsable du traitement des données
Le Consortium international DPAC (Data Processing and Analysis Consortium) responsable des traitements menant à ces catalogues est une collaboration de 430 scientifiques dans 24 pays européens.
La communauté astronomique française est très fortement impliquée dans la préparation de la mission Gaia, avec plus de 100 scientifiques consacrant une part importante de leur temps à ce projet, auxquels s’ajoutent plusieurs dizaines d’ingénieurs, incluant des personnels de l’Institut UTINAM (Unité Mixte de Recherche-CNRS Université de Franche-Comté).
Le CNRS, les observatoires et les universités sont en première ligne dans cet effort, accompagnés et soutenus par l’Agence spatiale française, le CNES. Membre du DPAC, le CNES a développé l’un des plus puissants centres de calcul hautes performances pour traiter un volume de données sans égal à ce jour dans le domaine astronomique.

D’innombrables retombées scientifiques
Les catalogues produits par Gaia serviront en outre de briques de base pour tous les domaines de l’astrophysique. L’ampleur et l’impact de la récolte scientifique escomptée sont considérables : physique galactique et stellaire, système de référence, matière noire, Système solaire, physique fondamentale, planètes extrasolaires...


Contacts :

Contact chercheure : Céline Reylé - celine.reyle at obs-besancon.fr
Contact presse : Édith Burgey – edith.burgey at utinam.cnrs.fr

De haut en bas. Carte du ciel colorée en fonction de différents paramètres mesurés par Gaia : vitesse sur la ligne de visée, mouvement propre, absorption interstellaire, abondance chimique – Crédit : ESA/Gaia/DPAC, CC BY-SA 3.0 IGO