Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Séminaires > Archive des séminaires d’Utinam > Archive des séminaires de physique (jusqu’en 2011) > 2009

Élaboration de nouveaux revêtements glaciophobes : Aspects théoriques et pratiques.

par Edith Burgey -

Richard Menini

Chercheur au sein du groupe de recherche de la CIGELE
(chaire industrielle sur le givrage atmosphérique des équipements des réseaux électriques), Université du Québec à Chicoutimi

Lundi 28 septembre 2009

Résumé : L’accumulation de la glace peut provoquer des problèmes majeurs quant à l’intégrité d’équipements extérieurs soumis à des conditions hivernales extrêmes comme les précipitations de verglas ou de neige mouillée. Une des approches pour combattre une telle déposition est de développer des revêtements dits glaciophobes afin de réduire drastiquement la force d’adhésion de la glace. L’utilisation de produits dégivrants nuisibles à l’environnement, la consommation d’énergie liée aux méthodes mécaniques ou thermiques ainsi que les retombées catastrophiques que peuvent causer d’importantes précipitations de glace constituent les arguments principaux pour développer des revêtements glaciophobes innovants. La chaire CIGELE a développé depuis 2004 une expertise considérable dans les domaines des technologies de surface et des nanomatériaux afin de mieux comprendre les interactions glace-solide et de protéger des structures composées d’alliages d’aluminium ou de céramiques. Une présentation succincte des diverses activité de la chaire sera abordée. Concernant la fabrication de revêtements glaciophobes, cette partie sera divisée en deux. Dans un premier temps nous traiterons des aspects fondamentaux de l’interaction glace-solide notamment les forces impliquées (électrostatique, dues aux liaisons hydrogène et de type van der Waals) ainsi que des influences de la composition chimique et de la morphologie de la surface du solide. L’importance de bien maitriser ces différentes contributions à la force d’adhésion de la glace pour élaborer de nouveaux matériaux sera discutée. Dans un deuxième temps, plusieurs exemples de matériaux développés à la CIGELE seront décrits notamment l’élaboration de couches dites superhydrophobes (angle de contact avec une goutte d’eau, Q > 150 deg) qui dans certaines conditions s’avèrent glaciophobes (force d’adhésion de la glace quasi nulle). Dans son numéro de février 2009, le magazine Québec Science a classé les matériaux glaciophobes développés à la CIGELE parmi les 10 découvertes les plus importantes au Québec pour 2008.