Nos tutelles

CNRS Université de Franche-Comté

Nos partenaires

Université Bourgogne Franche-Comté OSU THETA UFR Sciences et Techniques

Rechercher





Accueil > Recherche > Équipe Nanoparticules, Contaminants, Membranes > Thématique "Contaminants"

Décontamination par membranes

Face à la diversité des micro-polluants et de leur propriétés, face à la variabilité des effluents, la spécificité des réactions chimiques limite les traitements chimiques. Dans les procédés baro-membranaires, une barrière physique assure une séparation d’abord basée sur la taille, qui peut être complétée par d’autres interactions solutés-membrane.

Cette séparation physique d’excellente qualité permet :

-  de limiter l’utilisation de réactifs chimiques,

-  de favoriser la réutilisation des eaux traitées,

-  d’abattre les polluants sur la base de leur taille plutôt que d’interactions physico-chimiques qui peuvent toujours être perturbées par la matrice,

Dans le cas du lavage de terres polluées par des hydrocarbures lourds, l’UF permets à la fois un abattement très élevé et très stable des polluants dans les eaux sales, avec un facteur de concentration de 90%. En outre, une fraction du surfactant utilisé pour mobiliser les polluants peut être récupérée dans les eaux traitées. L’UF offre donc l’avantage de réutiliser les eaux traitées, sans changer leur propriété

JPEG - 312.1 ko
Photo 1

.

L’élimination des micro-polluants par membranes requiert généralement d’utiliser l’osmose-inverse ou la nanofiltration. Toutefois, pour être mis en œuvre, ces techniques exigent un pré-traitement de clarification, ce qui rend le procédé plus complexe et plus coûteux. De même, l’abattement non-spécifique des solutés induit une pression-osmotique contre laquelle il faut lutter et qui coûte en énergie. Est il alors possible d’enlever spécifiquement des micro-polluants simplement par une technique de clarification ? La réponse est oui, si les interactions entre réactif et polluant ne sont pas perturbées par la matrice. Voici quelques exemples mis au point au laboratoire (Collaboration MSS-NCM) :

-  l’utilisation de polymères complexants pour extraire les ions métalliques. Des avantages de notre procédé sont la grande qualité de l’eau traitée avec des concentrations résiduelles inférieures au dixième de ppm, l’élimination globale des métaux quelle que soient leur dureté, la possibilité de réutiliser les réactifs de traitement

JPEG - 914.9 ko
Photo 2

.

-  La photodégradation catalytique de polluants organiques

Photo 3

. Dans ce cas, l’UF permet de confiner, et donc conserver, la suspension catalytique au travers de laquelle s’écoule le liquide à traiter.