Nos tutelles

CNRS

Nom tutelle 1

Nos partenaires

Nom tutelle 2 Nom tutelle 3

Rechercher





Accueil > Science pour tous > 2019 - Année internationale du tableau périodique des éléments > Archives des éléments présentés

Béryllium

Le béryllium est métal alcalino-terreux, de couleur gris-acier. Il est léger et très toxique. Le béryllium et ses sels doivent donc être manipulés avec une très grande attention.

On le trouve généralement sous la forme d’oxydes ou d’aluminosilicates complexes que l’on appelle béryls, dont les représentants précieux les plus connus sont l’émeraude et l’aigue-marine. Les émeraudes sont des cristaux de béryl avec des traces de chrome qui leur donnent une couleur verte.

Étymologie  : vient du grec « Berylos », minerai de béryl. Le béryllium a un goût sucré : son premier nom était glucinium, du grec « Glikys », signifiant doux, sucré.

Origine : Le béryllium est formé dans l’Univers par "spallation" : Les rayons cosmiques hautement énergétiques brisent les atomes de carbone, azote et oxygène en atomes plus petits (dont le lithium, le béryllium et le bore).

Historique  : Le béryllium a été découvert par Louis-Nicholas Vauquelin (FR) en 1798. Il fut isolé en 1828 par F. Wöhler et A.A. Bussy qui font réagir du chlorure de béryllium avec du potassium.

Petites « gouttes » de béryllium - Crédit : W. Oelen (wikipédia)

Le béryllium dans la vie courante  : Un métal léger et résistant, mais toxique.
Les applications du béryllium sont variées car il s’agit d’un métal très léger et six fois plus résistant que l’aluminium. Il est employé dans des secteurs très spécialisés tels que l’aérospatial (structure des fusées et satellites) et le nucléaire (réflecteur dans les réacteurs nucléaires), mais également comme durcissant dans les alliages (principalement des alliages de cuivre, d’aluminium et de nickel). Son utilisation est toutefois limitée à cause de sa grande toxicité : il peut donner le cancer du poumon et la bérylliose.

Couteau en alliage cuivre-béryllium - Crédit : Denios

Le béryllium à UTINAM  : Fenêtre aux rayons X en béryllium
Autre aspect remarquable, le béryllium est transparent aux rayons X. La diffractométrie de rayons X (DRX, on utilise aussi souvent l’abréviation anglaise XRD pour X-ray diffraction) est une technique d’analyse fondée sur la diffraction des rayons X par la matière, particulièrement quand celle-ci est cristalline. Les rayons X sont produits dans un tube RX scellé et sortent par une fenêtre en béryllium, matériau choisi pour son étanchéité au vide et sa perméabilité aux rayons X.

Tube à rayons X avec fenêtre en béryllium - Crédit : Bruker